3 questions à Aline Zalko, créatrice du visuel 2022

Capture d’écran 2022-05-13 à 16.12.36.png

 

1. Quelles ont été vos sources d'inspiration pour la réalisation de cette affiche ? 

Pour la réalisation de l’affiche j’ai pensé  aux peintures de Georgia O’Keeffe, la façon qu’elle avait de représenter les fleurs, en gros plans, traités à la limite de l'abstraction. Mais j’ai voulu le faire à ma façon comme un clin d’œil. 

Ce qui est certain, c’est que la nature prend une place de plus en plus importante dans mon travail. Il y a encore quelques années, je ne m’intéressais qu’aux villes. Aujourd’hui, je peins et je dessine forêts et jardins dès que l’occasion se présente à moi, en Auvergne où je vais souvent, comme en Martinique où j’ai eu l’occasion de me rendre récemment pour accompagner des élèves en école d’art. 

Ce qui m’a amusé aussi c’est d’établir un contraste entre le gros plan sur la fleur, dessiné dans un style plutôt délicat, avec un fond plus tourmenté et moins réaliste. Pour le second plan j’ai tout simplement convoqué mes propres souvenirs d’observation de la nature et mon imagination.

 

2. Le choix de la palette de couleurs très chaude et flamboyante est singulier. Quelles techniques avez-vous utilisées (pastel, peinture, palette graphique...) ?

Singulier peut-être, mais ce dessin s’inscrit dans le droit fil de mon travail. J’utilise des couleurs très franches, aussi bien pour mes portraits que pour mes dessins de paysage. 

Pour cette affiche j’ai dessiné au crayon de couleur et pastel sur un support papier de grande taille. Je travaille toujours sur papier ou toile. Je ne dessine jamais à la palette graphique, ce que j’aime c’est sentir la matière, les textures.

 

3. Visitez-vous souvent des jardins ? Si oui, qu'aimez-vous y découvrir ?

J’adore les jardins, j’en dessine et j’en peins très souvent. J’aime qu’ils aient des secrets, que la nature déborde, qu’ils recèlent des coins plus ou moins cachés. Même lorsqu’ils sont publics et très connus j’y découvre régulièrement des choses. Par exemple je me rends souvent au Jardin des plantes à Paris depuis que je suis enfant, et dimanche dernier j’ai encore découvert des variétés de fleurs auxquelles je n’avais pas encore prêté attention. J’ai des souvenirs aussi du jardin du musée Rodin avec son Balzac, ou plus récemment de magnifiques jardins créoles en Martinique que j’ai peins, dévoilant des formes et des couleurs inédites pour moi.