La biodiversité dans les domaines de l'État

L’enjeu écologique est essentiel dans les actions mises en œuvre par le ministère de la Culture pour sauvegarder le patrimoine des jardins.

De nombreux dispositifs se développent dans les jardins des domaines de l’Etat pour préserver la biodiversité, développer des méthodes alternatives de jardinage, ne plus utiliser de pesticides dans les jardins, assurer une bonne gestion de l’eau, introduire des arbres de différentes essences dans les jardins, faire des plans de gestion, …

 

Les domaines de l’Etat

Le ministère de la Culture gère une quarantaine de domaines et jardins. La gestion de ces domaines est assurée par les établissements publics (Centre des monuments nationaux, Versailles, Fontainebleau, Louvre), les services à compétence nationale, les directions régionales des Affaires culturelles ou les résidences présidentielles.  L’entretien des domaines est assuré principalement par le corps des jardiniers d’art du ministère de la Culture et par des entreprises extérieures.

 

Les plans de gestion

Les plans de gestion des domaines de l’Etat, mis en place par le ministère de la Culture, constituent un outil de suivi technique, scientifique, sanitaire et économique du jardin permettant de conserver, voire d'accroître sa valeur patrimoniale et environnementale.

Ces plans de gestion :

- comprennent un état des lieux (diagnostic du jardin dans ses diverses composantes et ses usages) ;

- définissent des objectifs à court, moyen et long termes, pour engager les diverses interventions à mener, qu'elles soient du domaine de l'utilisation, de l'entretien ou des travaux ;

- proposent un plan de travail assorti d'un plan de financement ;

- fixent des outils d'évaluation.

 

Zéro pesticide

Plus aucun pesticide ne doit être utilisé pour entretenir les espaces publics tels que parcs, forêts, voiries, espaces verts de toutes sortes, depuis le 1er janvier 2017. Cet objectif "zéro phyto" a été inscrit dans la loi de transition énergétique pour la croissance verte. L’État, les collectivités locales et les établissements publics introduisent ainsi de nouvelles méthodes d’entretien des jardins sous leur tutelle : paillage, introduction de prédateurs naturels, produits utilisables en agriculture biologique...

 

Conservation des espèces

Une convention a été signée entre le Centre des monuments nationaux et la LPO (Ligue pour la protection des oiseaux), pour répondre à des objectifs communs. Le CMN s’engage ainsi à créer des refuges au sein de ses espaces naturels ouverts au public afin de préserver la biodiversité locale. Il est prévu de dresser un inventaire naturaliste des espèces et de mettre en place des méthodes de gestion écologique des jardins respectant la flore et la faune. Une grande part de cette convention est aussi dédiée à la sensibilisation des visiteurs et du personnel à l’importance de la protection du patrimoine naturel et aux pratiques respectueuses de la biodiversité.

 

 

POUR ALLER PLUS LOIN

Le Plan biodiversité

Dévoilé le 4 juillet 2018, le Plan biodiversité vise à renforcer l’action de la France pour la préservation de la biodiversité et à mobiliser des leviers pour la restaurer lorsqu’elle est dégradée. L’objectif est d’améliorer le quotidien des Français à court terme et de garantir celui des générations à venir.

La loi pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages a inscrit l’objectif de réduire à zéro la perte nette de biodiversité.